Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Catchabrun.over-blog.com

Catchabrun.over-blog.com

Education, droits de l'enfant, écologie, société...

La « refondation » serait terminée, ah bon ?

 La « refondation » serait terminée, ah bon ?

15 janvier 2016

Depuis début 2016, dans les communiqués ou les interviews de journalistes, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem se félicite de toutes les mesures et réformes accomplies. La « refondation » serait aboutie, la grande aventure lancée par Vincent Peillon en 2012 serait arrivée à bon port.

Bientôt quatre ans !
Juste après les élections présidentielles, le monde de l’éducation est invité à participer à la grande concertation de l’été sur l’école.  La communauté éducative répond présente et passe ses vacances d’été à Paris pour penser l’éducation ensemble. Quelques fausses notes retentissent assez vite, car le « ensemble » s’avère difficile dans les ateliers, chacun « vendant » ses spécificités. Mais bon, certaines préconisations trouvent consensus.
Quelques semaines plus tard, l’euphorie utopiste de l’été s'éteint achevée par la publication du rapport qui laisse de côté les préconisations les plus audacieuses de la concertation.  Quant au projet de loi de refondation de l’école quelques mois après, il entérine définitivement le manque d’ambition  du ministère de l’Éducation. Un projet pour une loi certes réparatrice et bienveillante, mais guère refondatrice. De plus, les bonnes intentions restent dans le texte… le terrain professionnel et les enfants n’en profitent guère.
En février 2013, j’extrais dans le texte du projet de loi et de ses annexes les avancées et les manques à combler, je crois encore que la pression des militants éducatifs peut impulser des améliorations, voire même des nouvelles mesures ![1]

Désenchantement rapide !
En effet, Vincent Peillon ayant eu la mauvaise idée de démarrer la « refondation » par la réforme des rythmes scolaires, le monde éducatif se concentre sur elle pour la combattre et ne s’investit guère sur le reste du projet de loi. Pendant une année, tout tourne autour des nouveaux rythmes, les médias en font un feuilleton quotidien. À peine quelques regards sur le Socle commun, les nouveaux programmes – qui ne seront d’ailleurs appliqués qu’en septembre 2016.
Petit à petit, on voit le contenu des réformes se diluer. L’opposition sur celle des rythmes scolaires a certainement servi d’épouvantail !
L’ABCD de l’égalité abandonné, le développement de la formation des enseignants des plus timides, la mesure « plus de maîtres que de classe » limitée, la création de postes peu visible, etc. Sans parler du Conseil national pour l'innovation et la réussite éducative (CNIRÉ) qui a peine mis en place en 2013 s'est vu recouvert des poussières des oubliettes... 
Même la réforme du collège – qui continue de rassembler contre elle en ce début de 2016 – n’est guère révolutionnaire, une petite dose d’interdisciplinarité et une petite volonté de développer la mixité scolaire qui s’est vite adoucie devant certaines réactions professionnelles affolées.
Quelques expérimentations pour plus de mixité sociale sont actées, mais si c’est comme l’ABCD de l’égalité…
Sans oublier les répercussions des attentats qui placent l’école dans une atmosphère sécuritaire et anxiogène qui influe et influera sans doute encore l’Éducation nationale dans les mois à venir.

Le changement du système d’évaluation publié en octobre 2015 est emblématique de cette crainte de mécontenter. Chaque enseignant peut faire ce qu’il veut : note chiffrée ou pas, évaluation par compétence ou pas… qu’importe la cohérence pour l’enfant, l’adolescent, il s’adaptera ou pas. De toute façon, l'intérêt de l'élève, de l'enfant, de l'adolescent est absent de toutes les discussions et contestations.

Ce sont ainsi des domaines de réforme essentiels qui restent contenus ou qui ne se généralisent pas. 

Au final, une « refondation » formée de petits morceaux juxtaposés qui ne font pas système et qui pourront être supprimés facilement par le prochain ministère.

La  réforme du système éducatif n’a pas eu lieu pendant un gouvernement socialiste, elle verra peut-être le jour lors du prochain quinquennat, mais elle a peu de chance d’être progressiste au vu de ses prétendants ! 
 



[1] Le projet de loi, faire l’abeille du coche : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/32705

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :