Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Catchabrun.over-blog.com

Catchabrun.over-blog.com

Education, droits de l'enfant, écologie, société...

Le printemps sera chaud !

Le printemps sera chaud !

Marches pour le climat, plus de 2 millions de signataires « L’affaire du siècle »  pour une action en justice contre l’État français, les grèves scolaires du vendredi… les mobilisations se succèdent.

Un bon contexte pour exiger du gouvernement et des élus de reconnaître l’urgence climatique pour qu’ils mettent en œuvre des mesures sérieuses qui ne se laissent pas subvertir par les intérêts de la finance et de l’économie libérales. Comme ce dernier recul : remplacer la division par quatre des émissions des gaz à effet de serre (GES) pour atteindre la  « neutralité carbone » en 2050, en se basant sur ce que l’Accord de Paris en 2015, en disait : celle-ci « est entendue comme l’atteinte de l’équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et les absorptions anthropiques (c’est-à-dire les absorptions par les écosystèmes gérés par l’homme tels que les forêts, les prairies, les sols agricoles et les zones humides, et par certains procédés industriels, tel que la capture et le stockage du carbone)». (Sans oublier que l’Accord de Paris ne se limitait pas à la neutralité carbone, la diminution des émissions des GES en faisait également partie.)  

Ce sont les industriels de l'énergie fossile qui doivent se sentir rassurés...

On peut donc augmenter les émissions de GES si on peut absorber, stocker, capturer le carbone !

L’absorption : davantage de forêts, de prairies, de zones humides… avec le dérèglement climatique qui désertifie, assèche et l’activité humaine qui déboise, construit, pollue, stérilise les terres.. C’est mal parti !

La capture et le stockage : pour l’instant ne sont que des possibilités mises en avant pour rassurer, communiquer, mais il n’y a pas encore de techniques fiables.

Il y a les sources d’énergie qui s’épuisent et celles qui se renouvellent

Les énergies fossiles sont majoritairement importées,  car il y a peu de gisements de pétrole et de gaz en France, l’exploitation du charbon a été abandonnée et il n’y a plus de mines d’uranium en activité.

Les énergies renouvelables, quant à elles sont disponibles sur tout le territoire. En 2006, elles représentaient 9,6 % de la consommation totale d'énergie, aujourd’hui elles  en représentent 16% avec l’objectif d’atteindre 32 % d’ici 2030. 

Quand on regarde de près l’utilisation des énergies renouvelables, c’est le bois qui est en tête (41,2 %) devant l’hydraulique (19,8%), les biocarburants ( 9,3%), l’éolien ( 7,1%) le solaire et le photovoltaïque ( 2,7%)[1] . Si le bois atteint presque plus de 40 % des énergies renouvelables utilisées, ce n’est pas très bon pour l’absorption du carbone...

Mises ensembles,  les énergies renouvelables ne représentent que la quatrième source d’énergie en France, loin derrière, le nucléaire, le pétrole et le gaz.

Un ministre de la transition écologique peu motivé

Le ministre dénature le Plan climat de son prédécesseur avec une série d’ajustements, de renoncements  pour satisfaire les intérêts particuliers des industriels, des agriculteurs, des financiers (A quoi sert un ministre de la transition écologique).

Peu lui importe que le dérèglement climatique touche surtout les personnes des classes sociales les plus défavorisées, celles dont les petits revenus ne permettent pas l’accès aux différentes innovations qu’il recommande (bâtiment isolé, énergie renouvelable, voiture propre et économe en énergie… ).

Vivre ou survivre ?

C’est pourquoi il est si important de se mobiliser pour ne pas avoir à choisir entre vivre aujourd’hui et survivre demain :

15 mars 2019 : grève mondiale pour le climat

16 mars 2019 : grand rassemblement pour la justice climatique et sociale.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :