Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Catchabrun.over-blog.com

Catchabrun.over-blog.com

Education, droits de l'enfant, écologie, société...

Monsieur le Président de la République

Monsieur le Président de la République

Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République passez des paroles aux actes, soyez plus convaincu et déterminé pour préserver l'environnement. En ce 24 mai, journée de grève mondiale pour le climat, les enfants et les jeunes se mobilisent pour la planète et regrettent votre inaction. Ils peuvent vous aider, associez-les à votre travail. Ils en ont les droits et les capacités.

Monsieur le Président, le 20 novembre 2019, la Convention Internationale des Droits de l’enfant a 30 ans. Ne serait-ce pas l’occasion que vous mettiez en place cette collaboration ? Il reste quelques mois pour le faire…

Chaque enfant, chaque jeune doit pouvoir grandir dans un environnement respecté et protégé. C’est un droit humain fondamental pour que s’exercent tous les droits sociaux : droit à un niveau de vie convenable (alimentation, habillement, logement), au travail, à la sécurité sociale, à la santé, à la protection de la famille, à l’éducation, le droit de participer à la vie culturelle, aux progrès scientifiques… )

Monsieur le Président, comme vous le savez, un texte rassemble ces droits : la Convention Internationale des Droits de l’Enfant*

À part les États-Unis, tous les États ont ratifié cette Convention. Elle est juridiquement contraignante pour les États signataires qui se sont engagés à la faire connaître aux adultes comme aux enfants, à la défendre, à garantir les droits.

Chaque État partie doit rendre compte tous les cinq ans de la mise en œuvre de la Convention dans un rapport qu’il présente au Comité des droits de l’enfant des Nations Unies. Les dix experts de ce Comité examinent les rapports publiés par les États et leur fournit des recommandations.

Monsieur le Président, que mettra la France dans son prochain rapport concernant ses actions pour l'environnement ?

Pas une seule loi, pas un seul décret ou circulaire,  pas une seule réforme… ne devraient être adoptés sans prendre en compte l’intérêt supérieur de l’enfant. Pour ce faire, l’audition, la consultation, la participation coopérative des enfants en sont des préalables incontournables.

Monsieur le Président, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant doit être la référence première à toutes les politiques publiques que ce soit au niveau national ou local.

Or ces droits risquent d’être mis à mal par les dérèglements climatiques à venir. Pour l’instant, aucun pays ne peut se prévaloir de garantir à chacun une protection et des perspectives égales, ainsi que le plein exercice de ses droits fondamentaux — pas même les pays considérés comme les plus riches et les plus développés.  La France ne fait pas exception...

Monsieur le Président, même si les enfants et les jeunes en 2019 sont impactés par les effets du réchauffement liés aux choix politiques et économiques passés, leur intérêt, leur avis, leur opinion doivent être pris en compte aujourd'hui dans les débats nationaux et locaux sur le dérèglement climatique afin de préserver leur avenir.

Il suffit d’appliquer la Convention, dans la première partie de l’article trois : « Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.»

Monsieur le Président, quant à la participation de la jeunesse à l’élaboration des politiques même locales, elle est encore très rare.

L'avis des enfants et des jeunes n’est guère entendu, même si dans l’article 12 de la Convention : « 1. Les États parties garantissent à l’enfant** qui est capable de discernement le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant, les opinions de l’enfant étant dûment prises en considération eu égard à son âge et à son degré de maturité. 2. A cette fin, on donnera notamment à l’enfant la possibilité d’être entendu dans toute procédure judiciaire ou administrative l’intéressant, soit directement, soit par l’intermédiaire d’un représentant ou d’un organisme approprié, de façon compatible avec les règles de procédure de la législation nationale. »

Monsieur le Président, associer les enfants et les jeunes aux projets politiques que ce soit dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’alimentation, de la protection des enfants, des jeunes, des familles… est essentiel pour assurer l’avenir et l’émancipation de tous les humains.

Ainsi les projets déborderont d’idées nouvelles pour l’utilisation de sources d’énergie renouvelable, pour renforcer l’éducation environnementale dans les écoles et les espaces éducatifs, pour l’aménagement des territoires, pour réfléchir l’agriculture et l’alimentation, pour soutenir les humains dont les moyens de subsistance sont menacés, pour améliorer les dispositifs de prévention et de protection des catastrophes telles que les tempêtes, les inondations et les sécheresses...

Ralentir le dérèglement climatique, limiter les effets du réchauffement, créer des systèmes de protection, des lieux vivables, des objectifs qui pour advenir, doivent associer les enfants et les jeunes à leur élaboration, à leur mise en œuvre et à leur suivi.

Monsieur le Président, les enfants et les jeunes sont les adultes de demain, initiez ce cycle de participation le plus tôt possible pour qu’une petite chance de survie de l’humanité existe.

 

* Le texte de la Convention  : https://www.humanium.org/fr/texte-integral-convention-internationale-relative-droits-enfant-1989/

** La Convention entend l'enfant jusq'à 18 ans.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :