Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Catchabrun.over-blog.com

Education, droits de l'enfant, écologie, société...

Enfants français en Syrie. Rapatriez-les !

 

  (Site OrientXXI)

Au vu de l’extrême gravité et de l’urgence de la situation, la LDH a organisé une conférence de presse le 15/02/2022 dans ses locaux avec UNICEF-France, Amnesty International, Human Rights Watch, des représentants du Collectif des familles unies et des personnalités de la société civile, notamment des arts et des lettres.

Pour voir la conférence : https://www.facebook.com/ldhfrance/videos/295150072602496

Mes notes sur la conférence de presse  et en fichier joint

La situation

200 enfants et leurs mères, de nationalité française, sont retenus dans des camps du nord-est syrien depuis 3, 4 et parfois 5 ans. Les deux tiers de ces enfants étaient âgés de moins de 6 ans en entrant dans ces camps, certains y sont nés.

Ils manquent de soin, sont sous-alimentés et très peu scolarisés. Ils affrontent des températures extrêmes, plus de 40 degrés l’été et moins 10 degrés l’hiver, sous des tentes de fortune. Ils passent leur enfance entourés de barbelés, dans une zone de guerre en proie à toutes les violences. De telles conditions inhumaines portent gravement atteinte à leur intégrité physique et psychique.

Ces enfants sont français : leurs grands-parents, leurs oncles, leurs tantes, les attendent en France depuis des années.

Ces femmes sont françaises : elles ne sont judiciarisées qu’en France, ne peuvent être jugées dans le nord-est syrien, et sont sous le coup d’un mandat d’arrêt international français. Les autorités qui les détiennent appellent, depuis des années, tous les pays étrangers, et notamment la France, à procéder au rapatriement.

La justice antiterroriste française est de son côté mobilisée. Pour des raisons tant humanitaires que sécuritaires, la CNCDH, le Défenseur des droits, le CICR, la Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, le Haut-commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU appellent également au rapatriement des femmes et des enfants français.

La France, elle, fait le choix d’abandonner ces enfants et leurs mères en ne rapatriant qu’au « cas par cas » certains enfants, sans leurs mères, sur des critères opaques et discrétionnaires. Durant l’année 2021 plus de 330 femmes et enfants étrangers ont été rapatriés dans leurs pays respectifs. 97 d’entre eux, dont seulement 7 enfants français, étaient européens. Le dernier rapatriement effectué par la France remonte à janvier 2021, depuis plus aucun enfant n’a été rapatrié. Une française de 28 ans est morte faute de soins dans le camp de Roj le 14 décembre dernier : elle laisse derrière elle une petite orpheline de 6 ans que la France, à ce jour, n’a toujours pas de rapatriée.

La position de la France, qui persiste à refuser le rapatriement de tous ces enfants et leurs mères, est de plus en plus isolée. La Belgique, la Finlande, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et l’Allemagne, par exemple, commencent à rapatrier leurs ressortissants.

Sur place, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader comme en témoigne la récente prise d’assaut d’une prison par l’organisation terroriste Daech, ce qui a permis la libération et la fuite de nombreux djihadistes et a fait de nombreuses victimes parmi les enfants qui y étaient détenus. L’IE a par ailleurs, et à plusieurs reprises, appelé ses combattants à « libérer » ces enfants et leurs mères pour mieux les enrôler de nouveau.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :